Des Valeurs pour l’Avenir

L’histoire des Cadets peut-elle servir pour forger l’avenir?
Pourquoi pas?
Les pages qui suivent vous proposent quelques thèmes de réflexion – Vous pouvez réagir, bien sûr!

  • Une certaine idée de la France
    •  Cette image un peu idéalisée de la France, Charles DE GAULLE l’a exprimée de façon un peu romantique par écrit, mais aussi de façon plus engagée dans certains discours (voir celui du 27 juin 1943).
    •  Winston Churchill aussi a exprimé ses sentiments sur l’image et la culture de la France (Discours octobre 1940)
  • L’esprit « France Libre »
    • Un mélange idéaliste bien particulier, une aspiration à la liberté et à la justice sociale, le refus des dictatures et de tous les asservissements, mais aussi un esprit de fraternité et de solidarité, et la volonté de contribuer à libérer la France
    • Un beau texte du Général LARMINAT exprime ce qu’est cet esprit (lire)
    • et surtout Romain GARY l’exprime avec passion (lire) dans le style remarquable qui est le sien, mais aussi il exprime une certaine tristesse à voir que cet esprit semble se perdre dans la période de facilité des années 1970.
  • Le patriotisme
    • En 1940, la France a terminé la guerre de 14-18 depuis 22 ans. Cette guerre a mis au combat toutes les classes d’hommes de 18 à 50 ans. Elle a fait du côté français
      1 million 350 mille morts soit près d’un homme sur 6. Autant dire que les anciens combattants sont nombreux et actifs, que les très nombreux blessés de guerre sont visibles partout et que les célébrations militaires nourrissent un sentiment de fierté nationale. Le patriotisme des futurs cadets, c’est la fierté de la Patrie et peut-être aussi le vibrant « Aux armes citoyens » qui remue les cœurs lorsque la patrie est en danger… et en 1940 elle l’était !
  • Le refus de l’esclavage
    • Les mots de « STO », « Travail obligatoire« , masquent à peine ce qui était une véritable renaissance de l’esclavage. les hommes à partir de 18 ans avaient l’obligation de travailler sur le sol allemand pour le service des industries ou de l’agriculture allemande… autant dire pour l’armée de l’occupant. Ce nouvel esclavage mis en place par le gouvernement de Pétain à partir de 1943 a motivé une grande partie des vocations de résistants. Pour les régions qui avaient connu l’occupation allemande en 14-18, les expériences vécues par les familles avaient incité les parents à expatrier leurs enfants dès 1940. Certains de ces expatriés parfois très jeunes, dont plusieurs des futurs Cadets,  ont voulu combattre et ont rejoint la France libre.
  • L’engagement
    • Pierre LEFRANC, ancien Cadet de la France Libre affirme avec force « qu’il n’est pas de vie remplie sans engagement » et que parmi les causes pour lesquelles on peut s’engager, « en est-il une plus haute que celle de la liberté? «  (lire)
    • Robert COLCANP exprime ainsi son engagement: « j’ai eu une révélation soudaine du beau, du vrai, du juste » (lire)
  • Ne pas transiger sur l’essentiel
    • Dans une autre intervention, Pierre LEFRANC nous affirme que tous, dans notre vie, nous avons un jour à choisir entre la voie facile du renoncement, de la complaisance et la voie difficile qui consiste à ne pas transiger sur l’essentiel! (lire)
  •  D’autres sujets à méditer
    • La liberté se mérite
    •  Les Français Libres
    •  Les pages d’Histoire
    •  L’amitié anglaise
    •  Les frères de combat
    •  Les pièges à éviter
    •  Tous les combats ne sont pas légitimes